Il faut que le monde change avant qu’il soit trop tard

3
1116

Pourquoi ceux qui professent de suivre le Christ, rejettent-ils la religion essentielle qu’il vint établir ?

C’est justement contre elle que les persécuteurs de Jésus dirigèrent leur plus forte attaque. Ils cherchèrent à le mettre à la merci de la matière et à le tuer conformément à certaines prétendues lois matérielles. Les pharisiens prétendaient connaître et enseigner la volonté divine, mais ils ne firent que retarder le succès de la mission de Jésus.

Beaucoup de ses disciples même lui suscitèrent des obstacles. Si le Maître n’avait pas eu de disciples ni enseigné les vérités invisibles de Dieu, il n’aurait pas été crucifié. La détermination de tenir l’Esprit saint dans l’étreinte de la matière persécute la vérité et l’amour. Bien que nous respections tout ce qui est bon dans l’enseignement où hors d’elle, notre consécration au Christ repose plutôt sur la démonstration que sur des déclarations.

En toute conscience, nous ne pouvons adhérer à des croyances dépassées ; et en comprenant davantage le Principe divin du Christ immortel, nous sommes à même de guérir les malades et de triompher du péché. Ni l’origine, ni le caractère, ni l’œuvre de Jésus ne furent généralement compris. Le monde matériel n’apprécia pas à sa juste valeur un seul élément de sa nature.

Même sa droiture et sa pureté n’empêchèrent pas les hommes de le trahir : « Pendant qu’ils mangeaient, il dit : En vérité je vous le dis, l’un de vous me livrera. » (Mt 26. 21)

C’est se méprendre sur la nature même de la religion que de supposer que la persécution pour la justice appartient au passé, et qu’aujourd’hui le christianisme est en paix avec le monde parce qu’il est honoré des sectes et des sociétés.

La faute se répète. Les épreuves subies par les prophètes, les mystiques, les disciples et les apôtres : « eux dont le monde n’était pas digne ! » (He 11. 38), attend, sous une forme quelconque, le pionnier de la vérité. On trouve dans le monde trop de courage animal et pas assez de courage moral. Il faut que les chrétiens prennent les armes contre la faute dans leur foyer et en dehors. Ils doivent s’attaquer au péché en eux-mêmes et chez les autres, et continuer cette guerre jusqu’à ce qu’ils aient achevé leur course. S’ils gardent la foi, ils auront la couronne d’allégresse.

L’expérience de Jésus enseigne la foi dans le bien et l’incrédulité à l’égard du mal. Elle nous engage à travailler avec plus d’ardeur en temps de persécution, parce qu’alors notre travail est plus nécessaire. Grande est la récompense de l’immolation du moi, bien que nous puissions ne jamais la recevoir dans ce monde.

La tradition dit que Publius Lentulus écrivit aux autorités de Rome : « Les disciples de Jésus croient qu’il est le Fils de Dieu. »[1] Ceux qui sont instruits dans les Évangiles et qui sont arrivés à la glorieuse perception du fait que Dieu est le seul créateur de l’homme.

 

[1] http://le-pere-divin-nous-aime.over-blog.com/article-portrait-decrit-par-publius-lentulus-gouverneur-de-la-judee-103276204.html

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here