Quand l’art de Poussin fait vivre l’horreur du Massacre des Innocents

0
147
11 OCTOBRE, 2017 PAR FSSPX.NEWS

Depuis le 11 septembre 2017 et jusqu’au 7 janvier 2018, un des plus grands chef-d’oeuvre de Nicolas Poussin est mis à l’honneur au Musée Condé de Chantilly. De sa genèse à sa postérité, l’œuvre se révèle à travers des prêts prestigieux et côtoie de grands noms de l’art.

Cette toile du XVIIe siècle illustre un épisode précis de la Bible : le massacre des saints Innocents. Le roi Hérode, furieux que les mages ne reviennent pas l’informer du lieu où se trouve l’Enfant-Jésus, ordonne à ses soldats de tuer tous les nourrissons de moins de deux ans présents dans le royaume.

L’artiste représente ici l’instant tragique de la mise à mort d’un bébé, sa mère implorante tentant de le soustraire à la soldatesque. A son secours se présente une jeune femme vêtue de bleu, symbolisant Rachel, l’épouse aimée de Jacob, « qui pleure ses enfants et qui n’a pas voulu être consolée parce qu’ils ne sont plus », comme le rapporte l’évangile de saint Matthieu (2, 18).

L’opposition entre la violence et la brutalité anonyme du bourreau, d’une part, et le désespoir et l’épouvante de la mère dont le cri est saisissant, d’autre part, la tension bouleversante du récit ont de tout temps impressionné et retenu l’attention. D’où la fortune du tableau qui a été copié par bien des artistes et a inspiré les plus célèbres peintres, jusqu’à l’époque contemporaine.

Le visiteur peut tout d’abord découvrir l’histoire du tableau et de ses différents propriétaires. Le parcours se poursuit avec différentes interprétations, allant du XVIIIe au début du XIXe siècle.

Les dernières salles montrent les relectures modernes du Massacre des Innocents. Le Charnier de Pablo Picasso côtoie ainsi Head II de Francis Bacon. Le parcours s’égare enfin avec la présence de « propositions inédites » d’Annette Messager, Pierre Buraglio ou Jérôme Zonder qui sont censées, selon la présentation officielle, « démontrer toute la force et l’actualité du chef-d’œuvre du Musée Condé ». En fait, elles le vident plutôt de sa substance au nom d’un art contemporain qui sacrifie les canons du beau, du vrai et du bien sur l’autel de la loi du marché et de la déconstruction… Le Domaine annonce la présence de l’art moderne et contemporain « pour la première fois à Chantilly ». Puisse-t-elle être la dernière !

Poussin, Le Massacre des Innocents

Du 11 septembre 2017 au 7 janvier 2018

Lieu : Salle du Jeu de Paume du Domaine de Chantilly

Rue du Connétable

F – 60500 Chantilly

PARTAGER
Article précédentAltruiste, ha bon moi !
Article suivantLe miracle du soleil

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here