Responsables de Marie dans l’histoire

11
917

On pourrait donner indéfiniment des illustrations d’une relation à Marie qui culpabilise indûment, qui pèse lourdement sur la liberté humaine au lieu de la dynamiser, qui l’aliène au lieu de le libérer. Comment a-t-on pu nourrir une telle vision de Marie ? Il faut se révolter contre cette vision, travailler surtout à la convertir, tellement elle a

causé et cause encore d’énormes ravages, et elle constitue la pire des injures, injure aux humains autant qu’à Dieu.

En parlant de l’amour de soi et de l’amour des autres, je me suis consciemment soucié de nommer Marie. Préoccupation déterminante, pour peu qu’on veuille entrer dans les voies d’une spiritualité vraiment chrétienne. Marie a un nom : elle est la mère « de Jésus Christ. » En nommant Marie, on apprend à découvrir un peu mieux ce qui constitue l’« identité » chrétienne. La tâche apparaît de plus en plus nécessaire : le marché des religions et des spiritualités est devenu si vaste, la mode donnant, de surcroît, dans les alliances, les mélanges religieux et spirituels les plus étonnants et les plus détonants. En nommant Marie, on découvre surtout une tendresse aussi amoureuse qu’infiniment respectueuse de notre liberté.

Si Marie est la mère de « Jésus Christ », en effet elle nous force à nous référer à sa présence dans la vie des femmes, des hommes et des communautés humaines de notre monde à nous. Quel est le lieu de cette présence ?

Il est important que le Marie soit bien situé là où elle est, c’est-à-dire : à sa place auprès de Dieu et non prendre la place de Dieu.

La mère de Jésus Christ est donc présente en ce lieu le plus intime de nous-mêmes, celui de notre liberté en acte, là où chacun doit décider du sens de sa vie. Une chose m’apparaît donc claire : ce que nous avons dit sur l’amour chrétien de soi et des autres ne serait que du vent, du rêve, si nous ne pouvions décider de faire exister Marie dans l’histoire en décidant du sort de nos relations humaines.

11 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec cela: Il est important que le Marie soit bien situé là où elle est, c’est-à-dire : à sa place auprès de Dieu et non prendre la place de Dieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here