Le choix d’exprimer

1
324

Aux ombrages mortes ;

Que je voudrais consumer ;

Déjà la fluette s’en mêle.

Mon amour possède la couleur de la nuit ;

Couleur des ténèbres ;

Que vient visiter la lune ?

J’aimerais renaître ;

Si c’était possible aussi modeste qu’un buddleia ;

La nostalgie m’enveloppe.

L’ami s’en est allé, en rêve ;

Par la Voie lactée ;

Pour le temps poétique.

J’ai froid au cœur ;

Inexplicablement mon cœur se glace ;

Le rêve du molosse endormi s’élève.

Comme embrume angélique ;

Est-ce lui, qui a pondéré sur ma tête ;

Le premier crin blanc.

Les hommes tamisent ;

Les hominiens vivent ;

Passent les hommes sauvages.

Le temps s’en va, coule le temps ;

Seuls demeurent le froid, le vide ;

L’année commence ;

L’espoir demeure ;

Sur mes genoux blottis.

Guy Parent 19/02/15

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here