SENSIBILISATION: DES CERFS EN RUT ÉVITÉS GRÂCE AUX RADARS-Suisse- lematin.ch

0
170

PAR SARAH ZEINES

Le risque de collision étant élevé en pleine saison des amours, un nouveau dispositif prévient les automobilistes de la présence de cervidés sur une route genevoise.

Le système inédit, situé à la route de Sauverny, à Versoix (GE), «émet des signaux lumineux la nuit, en cas de présence des ruminants», selon Gottlieb Dändliker, inspecteur cantonal de la faune à Genève. Des smileys rouges avertissent l’automobiliste en cas d’excès de vitesse. Image: Martial Trezzini/Keystone

«L’amour rend aveugle.» Ce dicton s’applique autant aux cervidés qu’aux humains, à en croire Gottlieb Dändliker, inspecteur cantonal de la faune à Genève. Ce passionné de la nature locale vient de chapeauter la mise en place d’un dispositif inédit, à la route de Sauverny, à Versoix (GE).

Testés depuis le 1er septembre, ces radars d’un nouveau genre visent à éviter les collisions avec les cerfs, actuellement en pleine saison de reproduction jusqu’à fin octobre. «Distraits par le rut, ces animaux font moins attention en traversant les voies, prévient l’inspecteur cantonal. Les collisions avec des bêtes aussi grandes peuvent s’avérer mortelles, tant pour elles que pour les conducteurs de véhicules.» L’année dernière, par exemple, il y a eu quatre accidents en deux mois sur cet axe.

Pour l’heure, les radars ont une fonction exclusivement préventive. «Il ne s’agit pas d’un système qui sanctionne, mais d’un outil éducatif, précise Gottlieb Dändliker. En clair, une lumière est émise pour alerter les conducteurs de la présence de ruminants la nuit. Un panneau à l’entrée de la route met également en garde les automobilistes contre les excès de vitesse, par le biais de smileys rouges.» Une autre machine, en service depuis une dizaine d’années, complète le dispositif. «Il s’agit d’un boîtier émettant des sifflements qui simulent le brame des cerfs et qui les éloignent des voitures.»

C’est un véritable défi de faire cohabiter cette faune avec un développement urbainGottlieb Dändliker, inspecteur cantonal de la faune à Genève

Dans d’autres cantons, le besoin d’un tel système est moins pressant. Notamment parce que l’augmentation de la population régionale de cerfs, qui est d’approximativement 10% chaque année, depuis trois ans, dans les cantons de Vaud, Genève et la France voisine, ne fait pas bondir le nombre de collisions. «Le danger à Versoix est surtout lié à la topographie rectiligne du lieu, qui est aussi fortement urbanisé, souligne Gottlieb Dändliker. Les cerfs sont moins amenés à fréquenter les routes dans les autres forêts, souvent situées en zone montagneuse.»

Préserver l’espèce

Au combat contre les collisions, s’ajoute la lutte pour la préservation de l’espèce. «C’est un véritable défi de faire cohabiter cette faune avec un développement urbain, poursuit l’inspecteur cantonal. On ne peut pas cantonner les animaux sauvages à la forêt, qui n’est pas un zoo. De manière générale, il faut rester calme en traversant les zones boisées en bagnole.»

Une attitude au volant qui pourrait également favoriser les rencontres impromptues avec les hardes de cervidés. (Le Matin)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here