COMMUNIER C’EST SE DONNER AU CHRIST

0
446

Joanne-Marie mcj  

Nous savons qu’à l’autel Notre-Seigneur se remet pour nous dans l’état de victime où il était sur la Croix. Victime, qu’est-ce à dire ? Chose offerte à Dieu en signe de notre offrande intérieure. Évidemment, lorsqu’à la Consécration, nous offrons ainsi l’Humanité sainte de Jésus à la Trinité, nous faisons déjà, par notre intermédiaire, notre délégué, qui est le prêtre, un véritable sacrifice. Mais combien cela est mieux signifié quand nous communions ! En nous unissant ainsi à notre Victime, nous marquons aussi clairement qu’il est possible que nous entendons bien ne faire qu’une Victime avec Jésus. Je sais bien qu’on réserve d’habitude le nom d’âmes-victimes à celles que notre doux Sauveur a choisies pour les associer davantage à ses souffrances. Mais en un sens, il faut bien que tout chrétien soit victime, c’est-à-dire chose offerte, chose consacrée, chose donnée à Dieu, chose qui ne s’appartient plus, mais qui est devenue la propriété de Dieu en Jésus.

Si tel est – et il est impossible d’en douter – le sens plénier de la communion eucharistique, vous voyez que la participation au Corps et au Sang de Jésus est bien autre chose qu’une visite qu’Il nous ferait. Combien, qui se croient pieux, ne comprennent pas cela ! Et alors, qu’arrive-t-il ? On fait comme une maîtresse de maison qui reçoit un invité de marque. Elle l’accueille dignement, elle le traite avec honneur, mais en sentant qu’elle est chez elle et qu’il n’est pas chez lui. Et quand il est parti, qu’elle peut déposer la contrainte qu’elle s’imposait par égard pour lui, elle est bien tentée de dire : « Ouf ! le voilà parti ! » Oh ! ma petite fille, est-ce bien sûr qu’après l’une ou l’autre de vos communions, l’action de grâces faite sérieusement, je l’accorde, vous n’avez jamais été sur le point de penser, une fois la présence réelle disparue : « C’était très bien d’avoir le Bon Jésus, mais enfin, maintenant qu’il est parti, je vais pouvoir me détendre. » Cela venait de ce que vous compreniez de travers ce que c’est qu’une communion. Dans la vérité, communier c’est marquer qu’on reconnaît qu’on ne s’appartient plus, et pas seulement pour le temps de l’action de grâces, mais sans limite de temps, selon ce que dit saint Paul : « Vous n’êtes plus à vous, vous êtes au Christ et le Christ est à Dieu ».

Lignes_roses6

Dans le coeur de Jésus

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here