Série sur l’Eucharistie : « Qu’est-ce que l’Eucharistie ? » La dimension sacrificielle de la sainte Messe. (suite 8)

0
1602

L’Église est offerte avec le Christ 

L’Église en union avec le Christ offre non seulement le sacrifice eucharistique, mais elle est offerte en Lui, car, en tant que Corps et Épouse, elle est inséparablement unie à sa Tête et à son Époux.

L’enseignement des Pères est très clair à cet égard. Pour Saint Cyprien, l’Église offerte (l’oblation invisible des fidèles) est symbolisée dans l’offrande liturgique des dons du pain et du vin mêlé de quelques gouttes d’eau comme matière du sacrifice de l’Autel[1]. Pour Saint Augustin il est clair que, dans le Sacrifice de l’Autel, toute l’Église est offerte avec son Seigneur et cela se manifeste dans la célébration sacramentelle elle-même : « Cette cité pleinement rachetée, c’est-à-dire l’assemblée et la société des saints, est offerte à Dieu en sacrifice universel par le Souverain Prêtre qui, sous la forme d’un esclave, s’est offert pour nous dans sa passion, pour faire de nous le corps d’une si grande Tête… Tel est le sacrifice des chrétiens : “nous qui sommes plusieurs, nous sommes un seul corps dans le Christ, et membres les uns des autres, chacun pour sa part.” (Rm, 12, 5). L’Église célèbre ce mystère dans le sacrement de l’autel, bien connu des fidèles, où il est manifeste que dans ce qui est offert elle s’offre elle-même[2]. Pour Saint Grégoire le Grand, la célébration de l’Eucharistie est un encouragement à imiter l’exemple du Seigneur en offrant notre vie au Père comme Jésus l’a fait ; ainsi viendra en nous le salut qui provient de la Croix du Seigneur : “il est nécessaire que lorsque nous célébrons ce sacrifice eucharistique nous nous offrions à Dieu d’un cœur contrit, parce que nous qui célébrons les mystères de la passion du Seigneur nous devons imiter ce que nous faisons. Et alors l’hostie prendra notre place devant Dieu si nous nous faisons hostie nous-mêmes” [3].

La liturgie eucharistique elle-même ne manque pas d’exprimer la participation de l’Église, sous l’influence de l’Esprit saint, dans le sacrifice du Christ : “Regarde, Seigneur le sacrifice de ton Église, et daignes-y reconnaître celui de ton Fils qui nous a rétablis dans ton alliance ; quand nous serons nourris de son Corps et de son sang et remplis de l’Esprit saint, accorde-nous d’être un seul Corps et un seul Esprit dans le Christ. Que l’Esprit saint fasse de nous une éternelle offrande…”[4]. De façon semblable la prière eucharistique IV adresse cette demande : “Regarde, Seigneur, cette offrande que tu as donnée toi-même à ton Église ; accorde à tous ceux qui vont partager ce pain et boire à cette coupe d’être rassemblés par l’Esprit saint en un seul corps pour qu’ils soient eux-mêmes dans le Christ une vivante offrande à la louange de ta gloire”.

La participation des fidèles consiste avant tout à s’unir intérieurement au sacrifice du Christ rendu présent sur l’Autel grâce au ministère du prêtre célébrant. On ne peut dire en aucune manière que les fidèles “concélèbrent” avec le prêtre[5]. Mais ils participent à la célébration du sacrifice par le sacerdoce commun reçu au baptême. Cette participation intérieure doit se manifester dans la participation extérieure : dans la communion (en état de grâce), dans les réponses et dans les prières que les fidèles récitent avec le prêtre ; dans leurs attitudes ; et également, parfois, par la réalisation de certains rites, comme la proclamation des lectures ou la prière des fidèles.

[1] Cf. Saint Cyprien, Ep. 63, 13 : CSEL 3,71

[2] Saint Augustin, La cité de Dieu, 10, 6 : CCL 47, 279

[3] Saint Grégoire le Grand, Dialogues. 4, 61, 1 : Sources Chrétiennes 265, 202

[4] Missel Romain, Prière Eucharistique III : Respice, quæsumus et Ipse nos tibi

[5] Cf. Pie XII, Encyclique Mediator Dei : DS 3850 ; Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des sacrements, Instruction Redemptionis Sacramentum, 42

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here