Elections en 2017 et non au-delà. RDC : les Evêques catholiques mobilisent le peuple!

0
299

Le discours des princes de l’Eglise Catholique d’hier, vendredi 23 juin, à l’issue d’une plénière ordinaire des membres de la CENCO, est, il faut le dire, plus que tonitruant. Le lendemain des assises de Genève et juste quelques jours après les sorties médiatiques croisées et opposées de Mende (Gouvernement) et Lumbi (G7), la Conférence Episcopale Nationale du Congo entre en jeu. L’institution médiatrice des discussions directes du Centre Interdiocésain, assises ayant produit l’Accord de la Saint Sylvestre, brise l’omerta. Ce compromis politique, insiste-t-elle, contient des pistes de solutions pour la sortie pacifique de la crise multiforme au Congo-Kinshasa. Ainsi, regrette la CENCO, par manque de volonté politique, sa mise en œuvre intégrale est insignifiante. ‘’ Les acteurs politiques multiplient des stratégies pour le vider de son contenu, hypothéquant ainsi la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales avant décembre 2017, tel que le prévoit l’Accord politique du 31 décembre 2017, seule voie de sortie de l’impasse actuelle en RDC ‘’, précise Marcel Utembi, le number One de la CENCO qui a eu à lire le message de la conférence des Evêques au Centre Caritas, à Kinshasa/Gombe. A tout dire, la CENCO, dans sa communication, s’alarme et mobilise, avec force, le peuple congolais à qui elle demande de ‘’prendre son destin en main ‘’. Cela, en veillant, à la loupe s’il vous plait, que le cap de 2017 ne soit pas franchi sans que la CENI ne puisse l’appeler à élire des nouveaux dirigeants. Pour ce faire, faut-il que tout congolais commence déjà par s’enrôler. Dans le même ton, les princes de l’Eglise Catholique Romaine fustigent les crimes commis aux Kasaï et se prononcent pour une enquête poussée avec les experts de l’ONU. A lire les propos des évêques et ceux de certaines formations politiques, il appert qu’une fois de plus, le Congo de Lumumba risque de connaître une fin d’année palpitante. Car, le décor planté par la CENI, le Parlement et le Gouvernement à six mois de décembre font douter qu’il y ait, réellement, des élections pourtant réclamées à corps et à cri par l’Opposition -surtout le Rassemblement/Limete dont le G7 et l’Udps- ainsi que la communauté internationale. Ci-dessous, l’intégralité du message de la CENCO.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here